Cotton Mule et Nikka from the barrel

Hello tous, aujourd’­hui pour fêter l’ar­ri­vée prochaine du prin­temps, je vous propose une asso­cia­tion riche en saveurs et haute en couleur. Le Cotton Mule de boston Shakers avec un whis­key bien connu : Le Nikka from the barrel.

Le Nikka est un whis­key japo­nais qui n’a rien à voir avec les connus comme Jack Daniels ou encore Johnny Walker justes bons à asso­cier avec du coca (avis perso hein 🙂 ).

 

 

 

Selon la légende le Nikka est un blend (mélange) de 100 whis­kies !

40% de malt et 60% de whisky de grain, élabo­rés dans deux distil­le­ries seule­ment: voilà pour la recette de base du Nikka From The Barrel, qui n’a pas évolué depuis sa nais­sance au Japon en 1985. Le malt provient pour l’es­sen­tiel de Miya­gi­kyo, qui produit des whis­kies doux et frui­tés, et pour partie de Yoichi, dont les alam­bics chauf­fés à feu direct alimenté au char­bon – parmi les derniers au monde à fonc­tion­ner selon cette « tech­no­lo­gie » rustique – crachent des distil­lats puis­sants, tour­bés et salins. Le whisky de grain (du maïs), commer­cia­lisé chez les bons cavistes sous le nom de Coffey Grain, sort quant à lui des alam­bics à colonne de type Coffey (du nom du petit malin qui les a breve­tés au XIXe siècle) de Miya­gi­kyo.Il s’agit là encore d’un proces­sus low tech qui, en vertu de la loi de l’enquiqui­ne­ment maxi­mum (ces alam­bics sont capri­cieux, compliqués à manœu­vrer et exigent un nettoyage complet entre chaque distil­la­tion) produit mira­cu­leu­se­ment des eaux-de-vie plus subtiles dans leurs arômes que les colonnes actuelles. C’est donc dans les vieux tuyaux qu’on cuisine le meilleur du whisky moderne. (source inter­net)

Ques­tion goût je trouve que ça se passe de trois manières : 

  • le nez : à l’in­verse de certains le nez est doux et donne vrai­ment envie d’y trem­per les lèvres. On passe des odeurs florales aux épices.
  • en bouche : c’est un Blend assez puis­sant mêlant bois, épices et une puis­sance d’arôme assez rare pour un Blend. On y trou­vera en fin de bouche de la pomme cara­mé­li­sée.
  • après : Un retour cara­mel et doux avec une longueur boisée qui lais­se­ront les plus récal­ci­trants sur leurs fesses.

Ques­tion vape j’aime l’as­so­cier avec le Cotton Mule, un jus de Boston Shakers, chau­vi­nisme oblige, ils sont Stras­bour­geois !

 

 

On ne parle pas de la mule des colom­biens, mais l’art reste le même ici : faire passer quelque chose

inaperçu ! Comme le cock­tail origi­nal, il se sert sur glace pilée mais par contre préféré le drip­per !

Il est composé de Whisky, liqueur de litchi, lime, orange, sirop de gingembre, vous me voyez arri­ver ? Evidem­ment ! La base d’arôme Whisky se marrie d’of­fice avec le Nikka. Mais c’est surtout par le mélange surpre­nants des autres arômes que la magie s’opère. Le boisé  et la douceur du Nikka sont mis en valeur par les agrumes et le gingembre. On pour­rait croire que la puis­sance du jus couvre les arômes fins du whisky mais le mariage est parfait à la dégus­ta­tion.

 

A vous de tester d’autres asso­cia­tions plus dingues les unes que les autres pour ravir vos papilles !

Jean pour

https://www.face­book.com/vapes­tro­no­mie/

https://www.insta­gram.com/vapes­tro­no­mie/

 

 

2 thoughts on “Cotton Mule et Nikka from the barrel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.