Recent Posts

Les e-cigarettes pourraient écraser les obligations du tabac plus tôt qu'on ne le pensait.
Posted in Dossier

Les e-cigarettes pourraient écraser les obligations du tabac plus tôt qu’on ne le pensait.

NDLR l’article original datait du 24 juin 2014 soit plus de 5 ans maintenant. Le lecteur mesurera le chemin accompli depuis …

traduction de : https://www.reuters.com/article/us-tobacco-bonds-ecigs-insight-idUSKBN0EZ0CZ20140624?fbclid=IwAR3lvKmGUM5jY859n097wfnoFYQ6ir9ciBnyBi_ibwWPDpgRagGfeHx-Dx4
Robin Respaut

NEW YORK (Reuters) – La croissance rapide des ventes de cigarettes électroniques fait peser un risque croissant, mais sous-estimé, sur les détenteurs d’obligations liées aux paiements que les compagnies de tabac versent aux États américains à la suite d’un vaste règlement juridique en 1998.

De nombreux analystes prévoyaient déjà que les obligations du secteur du tabac commenceraient à faire défaut au cours des dix prochaines années. C’est parce que les Américains ont arrêté de fumer à un rythme plus rapide que prévu lorsque la plupart des obligations ont été vendues au cours de la décennie précédente.

La consommation de cigarettes a chuté en moyenne de 3,4 % par année depuis 2000, tandis que de nombreuses obligations ont été structurées pour résister à des baisses de consommation de seulement 2 à 3 %.

Mais comme les fumeurs échangent des cigarettes traditionnelles contre des e-cigarettes sans tabac et d’autres produits vaping, le taux de tabagisme diminue encore plus rapidement et les analystes prévoient maintenant que certaines obligations pourraient être en défaut avant la fin de la décennie.

« Si la baisse passe à 6 ou 7 %, ce sera très rapide « , a déclaré Tom Metzold, gestionnaire de portefeuille chez Eaton Vance Investment Managers. « Je pense que les premiers sont probablement dans cinq ans « , a-t-il dit en référence aux défauts de paiement.

Bien qu’il ne représente encore qu’une petite partie du marché des cigarettes, les ventes de cigarettes électroniques et de vaporisateurs ont déjà atteint une valeur de plus de 2,2 milliards de dollars, contre presque rien il y a quatre ans. Selon certaines estimations, ils représenteront plus de la moitié du marché du tabac d’ici dix ans, et les compagnies de tabac se disputent déjà des positions de leader à mesure que ce changement se produira.

Nous croyons que la consommation d’e-cigarette éclipsera la consommation de cigarette combustibles au cours de la prochaine décennie à mesure que la technologie s’améliorera

A écrit Bonnie Herzog, analyste chez Wells Fargo, qui suit l’industrie du tabac depuis des années, dans un récent rapport.

Le mois dernier, Reuters a rapporté que Reynolds American Inc. et Lorillard Inc, les deuxième et troisième fabricants de cigarettes américains, envisageaient une fusion. La principale marque de cigarettes bleues électroniques de Lorillard, qui détient environ 50 % du marché américain, est considérée comme l’un des attraits de l’entente pour Reynolds.

En vertu de la Master Settlement Agreement, ou MSA, conclue il y a 16 ans entre les plus grandes compagnies de tabac américaines et 46 États américains, les compagnies effectuent des paiements annuels aux États en utilisant une formule complexe liée aux expéditions de tabac américain. L’accord a mis fin à des années de poursuites intentées par les États, qui avaient cherché à récupérer les coûts des soins de santé pour le traitement des maladies liées au tabagisme.

Les États les plus peuplés, comme la Californie et New York, sont ceux qui doivent le plus. La majorité d’entre eux se sont arrangés pour obtenir une grande partie de leur argent à l’avance en vendant des obligations et en donnant en gage les paiements annuels aux porteurs d’obligations.

Le seul problème, c’est que plus les expéditions de tabac diminuent, plus les paiements diminuent. De plus, les ventes de cigarettes électroniques, qui semblent maintenant contribuer à accélérer le taux de diminution de la consommation de tabac, ne sont pas considérées comme des ventes de cigarettes en vertu de la LVM.

Les perspectives pour les obligations du secteur du tabac sont si sombres qu’une prévision de Moody’s Investors Service du mois dernier prévoyait que 65 à 80 % des obligations allaient faire défaut.

DÉJÀ EN DANGER
Jusqu’à maintenant, les analystes des obligations sur le tabac attribuaient la baisse de la consommation de cigarettes aux interdictions publiques de fumer et aux nouvelles taxes d’accise.

L’an dernier, les expéditions de cigarettes ont chuté de 4,9% , la plus forte baisse depuis l’adoption par le gouvernement d’une taxe d’accise fédérale en 2009, une baisse attribuable en partie à la popularité croissante des nouvelles alternatives sans tabac de l’industrie, comme les cigarettes électroniques.

« La seule cause à laquelle je peux l’attribuer est la cigarette électronique « , a déclaré Alan Schankel, directeur général de l’équipe Stratégie des titres à revenu fixe de Janney Capital Market. « Je pense qu’ils ont un impact. »

En 2013, les Américains ont acheté 13,3 milliards de paquets de cigarettes et 400 000 paquets équivalents de cigarettes électroniques, contre 14,1 milliards de paquets de cigarettes et 200 000 cigarettes électroniques en 2012.

Wells Fargo Securities prévoit le rythme auquel les consommateurs passeront de la cigarette traditionnelle à la vapeur électronique au cours des prochaines années. Elle estime que le volume des ventes de cigarettes traditionnelles aux États-Unis diminuera de 68 % au cours des dix prochaines années, tandis que les ventes de cigarettes à vapeur augmenteront de plus de 13 fois au cours de la même période.

Le changement de préférence des consommateurs et la non-inclusion des e-cigarettes dans la MSA  » incitent les fabricants de tabac à encourager leurs consommateurs à passer aux produits à vapeur « , écrit Wells’ Herzog.

Pour Metzold d’Eaton Vance, la récente vague de prises de contrôle dans l’industrie lui confirme que les e-cigarettes sont là où les compagnies voient leur avenir, du moins sur le marché américain.

« Voici votre catalyseur « , a dit Metzold, qui a vendu toutes ses obligations de tabac il y a plus d’un an. « Les fabricants de tabac achètent les fabricants de cigarettes électroniques. »

Lorillard a acquis blu pour 135 millions de dollars en 2012, et a également acheté la marque britannique de cigarettes électroniques SKYCIG pour 49 millions de dollars.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comment fonctionnent les “obligations du tabac” et ce qui peut mal tourner ?
Posted in Dossier

USA : Comment fonctionnent les “obligations du tabac” et ce qui pourrait tourner au vinaigre ?

Les États et les collectivités locales ont reçu de l’argent à l’avance, mais pourraient bien finir par rembourser beaucoup plus qu’ils ne s’y attendaient.

Tout a commencé lorsque les États ont commencé à mettre en oeuvre les poursuites contre Big Tobacco.

Après une longue lutte, les États comptaient obtenir, au final, des milliards de dollars pour couvrir les coûts de santé du tabagisme, et ce, à perpétuité.

Mais certains représentants du gouvernement souhaitaient que l’argent soit versé d’avance pour couvrir toutes sortes de besoins budgétaires. Ils se sont dit qu’il serait préférable d’obtenir l’argent tout de suite au cas où les compagnies de tabac feraient défaut plus tard ou si les ventes de cigarettes se mettraient à chuter.

La réponse : les obligations. Une obligation est comme un prêt. Les investisseurs achètent des obligations, fournissant ainsi de l’argent aux États. Les États rembourseraient donc les détenteurs d’obligations en utilisant l’argent venant du tabac. L’obligation typique dure 30 ans ou moins et génère des intérêts chaque année.

Un CAB* est un instrument de dette que les gouvernements peuvent utiliser pour financer des bâtiments, des parcs, des routes et d’autres projets d’immobilisations.

*CAB = Capital Appreciation Bonds

Pour les obligations conventionnelles, le paiement du capital et des intérêts est effectué par tranches, généralement une fois par an pour le capital et deux fois par an pour les intérêts. Les CABs, en revanche, n’exigent aucun versement de quelque nature que ce soit jusqu’à leur échéance (la date à laquelle la dette devient exigible). À ce moment-là, l’intégralité du capital et de tous les intérêts courus doivent être remboursés à l’investisseur sous la forme d’une somme forfaitaire unique.

Comment fonctionnent les “obligations du tabac” et ce qui peut mal tourner ?

En revanche, si les paiements par le tabac font défaut, les investisseurs n’ont aucun recours à être remboursés avec l’argent des contribuables. Ils conservent, toutefois, des droits sur les versements futurs générés par l’industrie du tabac. En raison des intérêts élevés promis à certains détenteurs d’obligations, cela pourrait prendre des années ou des décennies au cours desquelles les contribuables perdraient l’argent du tabac.

Au total, les États, les comtés, les villes et les territoires ont vendu pour quelque 36 milliards de dollars d’obligations liées au tabac et qui sont encore en circulation. La plupart avaient des délais de remboursement courants. Mais pour obtenir des liquidités supplémentaires dès le départ, certains ont vendu des obligations à plus-value en capital ou des CAB qui étaient assorties de modalités de remboursement plus « serrées ».

Dans le cas des CAB, aucun paiement n’est requis avant leur échéance, souvent à partir de 40 ans et plus. Dans l’intervalle, les intérêts s’accumulent en un énorme solde dû. Au total, les gouvernements ont vendu environ 3 milliards de dollars de CABs, pour lesquels ils ont promis de rembourser 64 milliards de dollars.

Les accords supposaient qu’il y aurait suffisamment d’argent venant du tabac disponible pour rembourser les CAB plus vite. Mais les gens fument moins. Les taxes aux États pour le tabac sont donc également en baisse, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas rembourser les CAB plus tôt que prévu, si tant est qu’ils puissent le faire un jour.

Les États peuvent éviter de manquer à leurs obligations en matière de CAB mais cela a un prix. Le New Jersey s’est récemment engagé à consacrer plus d’argent venant du tabac pour éviter de manquer à ses engagements à l’égard des 186 millions de dollars de CAB dont il devrait 1,3 milliard en 2041.

En promettant 406 millions de dollars de plus aux investisseurs (la totalité de l’argent qu’il lui reste avec le tabac de 2017 à 2023) le New Jersey sera en mesure de rembourser ses CAB avant terme. L’autre solution (payer les investisseurs avec l’argent du tabac jusqu’à ce que la dette soit entièrement remboursée) aurait signifié payer environ 1,6 milliard de dollars aux détenteurs d’obligations sur plusieurs années. En mettant plus d’argent dans le pot maintenant, l’État a également obtenu des investisseurs d’engager un montant supplémentaire de 92 millions de dollars pour le budget de cette année.

Source : https://www.propublica.org/article/how-tobacco-bonds-work-and-what-can-go-wrong

Fake News ça suffit 1
Posted in Pensées

Fake News ça suffit

Après les nombreux articles que l’on a pu lire dans les médias depuis l’affaire des six personnes décédées aux Etats-Unis, il est temps de remettre les pendules à l’heure.

Fake News ça suffit !

Ils ont crié au loup en accusant la cigarette électronique d’être LE coupable, mais la réalité est tout autre.

Aujourd’hui les médias l’avouent à demi mot, mais les gros titres restent les mêmes et pourtant, nous le savons ce n’est nullement pas la faute de la cigarette électronique, mais bien celle de quelque personnes totalement irresponsables qui ont toutes consommées des e-liquides à base d’huile de cannabis fortement concentré en THC, ainsi qu’en vitamine e.

Ces fameux liquides n’ont qu’un but à la base qui est celui de « planer », mais leur composition n’est pas du tout adaptée pour être vaporiser et est même très nocive pour la santé.

Monsieur Fake News continu de faire passer le mauvais message

Fake News ça suffit
Crédit Getty Images

Suite à ces tragiques événements, le président américain Donald Trump à pris la décision d’interdire les arômes dans les e-liquides hormis les arômes tabacs et mentholés en continuant ainsi à crier au scandale sur la vape.

Habitué à scander le terme « Fake News » il ne semble même pas se rendre compte que lui-même contribue à entretenir les fake news, bien que personnellement je doute fort (et cela n’engage que moi) que monsieur Trump ne sache pas qu’il est dans le faux.

En effet, nous le savons déjà toutes et tous, Donald Trump comme beaucoup de présidents et d’élu(e)s sont à la solde des lobbys, les armes aux Etats-Unis font des centaines de morts chaque années, mais Trump continu de nier l’évidence et c’est exactement la même chose pour le tabac.

2 services de traduction en ligne comparés
Posted in Astuce Vapapapa Conseil

2 services de traduction en ligne comparés

Nous sommes nombreux à utiliser la traduction automatique, et si Google translate reste le plus connus il existe aussi des concurrents tout aussi performants, Regardons DeepL de plus près, pour se faire comparons le même texte traduit de l’anglais vers le français par les 2 services …

Continue reading « 2 services de traduction en ligne comparés »
Posted in Debunk Dossier

Le Nickel cet inconnu

Le symbole du nickel dans la table des éléments n’est « Ni », généralement utilisé comme abréviation pour désigner le nickel.

Peu connu du grand public, car rarement utilisé pur, mais en alliage avec d’autres produits, le nickel est pourtant indispensable à notre vie quotidienne. Ce métal, doté d’une riche combinaison de propriétés et recyclable à l’infini, est en effet principalement utilisé pour l’élaboration d’acier inoxydable. Car sans nickel, l’acier rouille !

piece of green Garnierite stone (nickel ore)
Garniérite
Continue reading « Le Nickel cet inconnu »