Cotton Mule et Nikka from the barrel

Hel­lo tous, aujourd’hui pour fêter l’arrivée prochaine du print­emps, je vous pro­pose une asso­ci­a­tion riche en saveurs et haute en couleur. Le Cot­ton Mule de boston Shak­ers avec un whiskey bien con­nu : Le Nikka from the bar­rel.

Le Nikka est un whiskey japon­ais qui n’a rien à voir avec les con­nus comme Jack Daniels ou encore John­ny Walk­er justes bons à associ­er avec du coca (avis per­so hein 🙂 ).

 

 

 

Selon la légende le Nikka est un blend (mélange) de 100 whiskies !

40% de malt et 60% de whisky de grain, élaborés dans deux dis­til­leries seule­ment: voilà pour la recette de base du Nikka From The Bar­rel, qui n’a pas évolué depuis sa nais­sance au Japon en 1985. Le malt provient pour l’essentiel de Miyagikyo, qui pro­duit des whiskies doux et fruités, et pour par­tie de Yoichi, dont les alam­bics chauf­fés à feu direct ali­men­té au char­bon – par­mi les derniers au monde à fonc­tion­ner selon cette «tech­nolo­gie» rus­tique – crachent des dis­til­lats puis­sants, tour­bés et salins. Le whisky de grain (du maïs), com­mer­cial­isé chez les bons cav­istes sous le nom de Cof­fey Grain, sort quant à lui des alam­bics à colonne de type Cof­fey (du nom du petit malin qui les a brevetés au XIXe siè­cle) de Miyagikyo.Il s’agit là encore d’un proces­sus low tech qui, en ver­tu de la loi de l’enquiquinement max­i­mum (ces alam­bics sont capricieux, com­pliqués à manœu­vr­er et exi­gent un net­toy­age com­plet entre chaque dis­til­la­tion) pro­duit mirac­uleuse­ment des eaux-de-vie plus sub­tiles dans leurs arômes que les colonnes actuelles. C’est donc dans les vieux tuyaux qu’on cui­sine le meilleur du whisky mod­erne. (source inter­net)

Ques­tion goût je trou­ve que ça se passe de trois manières : 

  • le nez : à l’inverse de cer­tains le nez est doux et donne vrai­ment envie d’y trem­per les lèvres. On passe des odeurs flo­rales aux épices.
  • en bouche : c’est un Blend assez puis­sant mêlant bois, épices et une puis­sance d’arôme assez rare pour un Blend. On y trou­vera en fin de bouche de la pomme caramélisée.
  • après : Un retour caramel et doux avec une longueur boisée qui lais­seront les plus récal­ci­trants sur leurs fess­es.

Ques­tion vape j’aime l’associer avec le Cot­ton Mule, un jus de Boston Shak­ers, chau­vin­isme oblige, ils sont Stras­bour­geois !

 

 

On ne par­le pas de la mule des colom­bi­ens, mais l’art reste le même ici : faire pass­er quelque chose

inaperçu ! Comme le cock­tail orig­i­nal, il se sert sur glace pilée mais par con­tre préféré le drip­per !

Il est com­posé de Whisky, liqueur de litchi, lime, orange, sirop de gin­gem­bre, vous me voyez arriv­er ? Evidem­ment ! La base d’arôme Whisky se mar­rie d’office avec le Nikka. Mais c’est surtout par le mélange sur­prenants des autres arômes que la magie s’opère. Le boisé  et la douceur du Nikka sont mis en valeur par les agrumes et le gin­gem­bre. On pour­rait croire que la puis­sance du jus cou­vre les arômes fins du whisky mais le mariage est par­fait à la dégus­ta­tion.

 

A vous de tester d’autres asso­ci­a­tions plus dingues les unes que les autres pour ravir vos papilles !

Jean pour

https://www.facebook.com/vapestronomie/

https://www.instagram.com/vapestronomie/