Posted in Vapestronomie

Tarte flambée et cactus de Savourea

Oui, oui je suis chauvin et alors ??
La tarte flambée est alsacienne. Pour ceux qui ne connaîtraient pas c’est un plat traditionnel alsacien (oui je sais, ça fait deux fois que je le dis, commencez pas hein !), mais également des régions adjacentes du Pays de Bade, du Palatinat et de la Moselle germanophone, composé d’une fine abaisse de pâte à pain recouverte de crème fraîche épaisse et/ou de fromage blanc, le bibeleskäs, et garnie de lardons, d’oignons crus en rondelles, déclinée en multiples variantes, puis rapidement cuite au four à pain très chaud.

Là ce qui est notable c’est LA variante, aujourd’hui je souhaite vous faire découvrir la tarte flambée aux asperges vertes et ciboulette. Je vous vois venir avec vos grands sabots : “mais c’est pas l’originaaaaaaaale, sus aux mécréants transformeurs de traditions, manipulateurs culinaiiiiiiiiiires”, ouais ben : ZUT ! l’asperge qui pousse dans le sable est une des spécialités alsaciennes (j’ai déjà dit “alsacienne” ?) qui sur une tarte flambée révèle tout son goût, tout en rendant le tout hyper léger. De plus la ciboulette parsemée de ci de là ramène du peps (oui j’ai vu topchef moi aussi…). Bref un régal qui sort de l’ordinaire.

L’apparition de la tarte flambée remonte à l’habitude des paysans de faire cuire leur pain toutes les deux ou trois semaines. C’était alors une petite fête et, pour la marquer, la pâte qui restait après la préparation des miches était étalée et recouverte de lait caillé « sürmellich » (plus tard de fromage blanc, d’oignons et de lardons) et le tout était passé pendant quelques minutes au four. Les tartes flambée était alors présentée sur une planche à découper en bois de boulanger, et était découpée en rectangles. Après avoir rapidement détaché les bords un peu noircis, chacun roulait sa part et la mangeait brûlante avec les doigts. C’est d’ailleurs toujours ainsi que les Alsaciens (je confirme) la mangent, même au restaurant : avec les doigts. (Merci Wiki pour cette partie)

lors d’une soirée Vapestronomie, nous avons associé cette excellente tarte avec un jus original : Cactus Dictator par Savourea.

Malgré le fait que ce jus ne soit pas alsacien (on peut pas être toujours parfait) il est d’une sacrée originalité rien que par le fait que : qui a déjà goûté du cactus ? Voilà ! Donc difficile de se dire que c’est effectivement le goût de cet épineux mais bizarrement on s’en fait parfaitement l’image. Il est défini comme “une pointe de cactus allongée d’une note de Koolada. De quoi rafraîchir l’Amérique latine !”. J’y trouve Un côté sucré, frais, presque citronné.
Il se marie parfaitement aux arômes fins de l’asperge et révèle la ciboulette qui harmonise le tout. La crème parait d’un coup d’une légèrté incroyable et l’association fait passer ce plat typique de la région pour une bouchée digne d’un 3 étoiles. Bluffant !

Je vais finir ma bière pour rincer avant d’attaquer la tarte au Munster. Quoi ?? D’où vient le Munster ? d’Alsace évidemment !!

A bientôt ! 🙂

Jean A. pour

www.vapestronomie.fr

Posted in Vapestronomie

Pad Thai et ONO! Coconut Milk

Hello tous, la première soirée Vapestronomie a eu lieu le 12/04 au bar Popol à Strasbourg. C’était une belle réussite et les prochaines dates commencent à se placer sur le calendrier 🙂

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de voyage, on part ensemble en Thaïlande ça vous dit ? Pad Thai associé au jus Coconut Milk de ONO!

Le “phat thai” est l’un des plats thaïlandais les plus connus hors du pays. Il est devenu le plat national de la Thaïlande à la suite de la récession économique qui a touché le pays après la Seconde Guerre mondiale. Pour réduire la consommation de riz, le gouvernement, sous l’impulsion de son Premier ministre, Phibunsongkram, a lancé une campagne pour la production de pâtes de riz en distribuant la recette du plat à travers tout le pays. Un plat immanquable que l’on déguste dans la rue. D’ailleurs, ce plat est devenu l’emblème de la street food dans le pays.

Je suppose qu’après l’historique ce qui vous intéresse c’est la recette. Evidemment comme la choucroute, les lasagnes ou encore le couscous il y a autant de Pad Thai que de cuisinier(e)s

LES INGRÉDIENTS

•400g de nouilles de riz
•200g de crevettes crues décortiquées
•1 bloc de tofu (facultatif)
•2 œufs
•3 oignons nouveaux ou ciboules
•2 gousses d’ail
•1 radis chinois
•250g de germes de soja
•4 CS de sauce tamarin
•1 CS de sucre roux
•2 CS de sauce poisson ou nuoc mam
•1 citron vert
•ciboulette, menthe, coriandre, basilic
•poudre de piment (j’ai utilisé de la sauce Sriracha)

PRÉPARATION

Dans un premier temps, faites cuire vos nouilles de riz dans l’eau bouillante pendant 2-3 minutes
Dans un wok, faites revenir l’ail et les oignons dans l’huile jusqu’à l’obtention d’une coloration dorée. Ajoutez le radis et les crevettes et le tofu coupé en cubes. Disposez cette garniture sur les côtés du wok, puis cassez les œufs et faîtes-les cuire comme des œufs sur le plat, mais en les retournant régulièrement. Attention, on ne cherche pas à faire une omelette ni des œufs brouillés.
Ajoutez les nouilles et le jus de citron, la sauce tamarin, le sucre roux, la sauce poisson, le piment et mélangez. Ajoutez les germes soja sans cesser de mélanger.
Ajoutez ensuite la ciboulette, la menthe, le basilic et la coriandre en dernier, mélangez et arrêtez la cuisson.
Dressez vos assiettes en parsemant de cacahuètes grillées hachées et décorez de feuilles de menthe et basilic ciselées.

Ok c’est prêt, qu’est ce qu’on vape avec ? Restons dans le voyage avec l’original Coconut Milk de ONO! Un gourmand fruit composé de fraise, couplée à la base crémeuse de la noix de coco.30PG / 70VG. Reçu dans une box sans savoir vraiment à quoi m’attendre la surprise fut plutôt agréable.

Le mariage des deux vous invite au voyage. Le crémeux de la noix coco adoucit le piment qui peut vous arracher la bouche si vous avez la main trop lourde. La fraise légère donne un côté fruité à ce gourmand onctueux.

Jean A. pour

Vapestronomie

https://www.facebook.com/vapestronomie/

https://www.instagram.com/vapestronomie/

Posted in Vapestronomie

Gravity et Sylvaner

le printemps est là, enfin presque… Ou pas. J’ai envie de vous parler d’une association fort sympathique. le Gravity de Mr Brewer et un vin blanc sec alsacien : le Sylvaner (de Bernhard Reibel)
Ce vin blanc certifié bio ravira les papilles les plus exigeantes. De délicates notes de pamplemousse rose annoncent la fraîcheur de ce vin. La bouche est large et pleine puis laisse place à une fine acidité qui confère à ce vin une bonne vivacité.

l’alsace c’est le respect de l’équilibre des sols granitiques et de la vigne, les rendements maîtrisés, les vendanges manuelles, la vinification adaptée à chacun des terroirs et l’élevage en foudres donnent naissance à des vins d’une grande complexité qui expriment toute leur personnalité.
Secs, frais, fruités et structurés, avec une ampleur et longueur en bouche.

Et on vape quoi avec ça ?
le Gravity of love de Mr Brewer. Quitte à être en Alsace autant y rester avec ce jus conçu par Jean M. à Bischwiller.

Un concentré ultra fruité et rafraichissant. Melon, fraise au programme. Avec un zeste de citron et une légère sensation glacée en fin de vape. Gravity of love est une recette originale idéale pour l’été. le dosage idéal se situera avec une base 50/50 de PG/VG : 15%, 17% avec une base 30/70 et 20% en Full VG.
On va pas se leurrer c’est pas pour l’hiver. Imaginez vous plutôt sous les premiers rayons de soleil, 22°C, premier barbec. La côte de bœuf sur les braises diffuse son odeur si délicate qui ouvre l’appétit. Ca y est vous avez l’eau à la bouche ? Parfait !

l’apéro en attendant que ça cuise, vous ouvrez le Sylvaner et vapez le Gravity of love. Une association subtile, légère presque envoutante. La pastèque et le melon enrobent le côté pamplemousse du vin, tandis que le citron fait exploser les saveurs. A tester absolument.

Bonne vape à tous et bonne dégustation.

Jean pour

https://vapestronomie.wordpress.com/

https://www.facebook.com/vapestronomie/

https://www.instagram.com/vapestronomie/

Posted in Vapestronomie

Cotton Mule et Nikka from the barrel

Hello tous, aujourd’hui pour fêter l’arrivée prochaine du printemps, je vous propose une association riche en saveurs et haute en couleur. Le Cotton Mule de boston Shakers avec un whiskey bien connu : Le Nikka from the barrel.

Le Nikka est un whiskey japonais qui n’a rien à voir avec les connus comme Jack Daniels ou encore Johnny Walker justes bons à associer avec du coca (avis perso hein 🙂 ).

 

 

 

Selon la légende le Nikka est un blend (mélange) de 100 whiskies !

40% de malt et 60% de whisky de grain, élaborés dans deux distilleries seulement: voilà pour la recette de base du Nikka From The Barrel, qui n’a pas évolué depuis sa naissance au Japon en 1985. Le malt provient pour l’essentiel de Miyagikyo, qui produit des whiskies doux et fruités, et pour partie de Yoichi, dont les alambics chauffés à feu direct alimenté au charbon – parmi les derniers au monde à fonctionner selon cette «technologie» rustique – crachent des distillats puissants, tourbés et salins. Le whisky de grain (du maïs), commercialisé chez les bons cavistes sous le nom de Coffey Grain, sort quant à lui des alambics à colonne de type Coffey (du nom du petit malin qui les a brevetés au XIXe siècle) de Miyagikyo.Il s’agit là encore d’un processus low tech qui, en vertu de la loi de l’enquiquinement maximum (ces alambics sont capricieux, compliqués à manœuvrer et exigent un nettoyage complet entre chaque distillation) produit miraculeusement des eaux-de-vie plus subtiles dans leurs arômes que les colonnes actuelles. C’est donc dans les vieux tuyaux qu’on cuisine le meilleur du whisky moderne. (source internet)

Question goût je trouve que ça se passe de trois manières : 

  • le nez : à l’inverse de certains le nez est doux et donne vraiment envie d’y tremper les lèvres. On passe des odeurs florales aux épices.
  • en bouche : c’est un Blend assez puissant mêlant bois, épices et une puissance d’arôme assez rare pour un Blend. On y trouvera en fin de bouche de la pomme caramélisée.
  • après : Un retour caramel et doux avec une longueur boisée qui laisseront les plus récalcitrants sur leurs fesses.

Question vape j’aime l’associer avec le Cotton Mule, un jus de Boston Shakers, chauvinisme oblige, ils sont Strasbourgeois !

 

 

On ne parle pas de la mule des colombiens, mais l’art reste le même ici : faire passer quelque chose

inaperçu ! Comme le cocktail original, il se sert sur glace pilée mais par contre préféré le dripper !

Il est composé de Whisky, liqueur de litchi, lime, orange, sirop de gingembre, vous me voyez arriver ? Evidemment ! La base d’arôme Whisky se marrie d’office avec le Nikka. Mais c’est surtout par le mélange surprenants des autres arômes que la magie s’opère. Le boisé  et la douceur du Nikka sont mis en valeur par les agrumes et le gingembre. On pourrait croire que la puissance du jus couvre les arômes fins du whisky mais le mariage est parfait à la dégustation.

 

A vous de tester d’autres associations plus dingues les unes que les autres pour ravir vos papilles !

Jean pour

https://www.facebook.com/vapestronomie/

https://www.instagram.com/vapestronomie/